Accéder au contenu principal

Soumettre une proposition au Comité de rédaction

Soumettre une proposition :

Pour soumettre vos propositions d'articles, de billets ou de flash info, merci d’utiliser l'adresse suivante : blogducercop@gmail.com


Pour les articles, les consignes impératives sont les suivantes :

·         un résumé de son contenu apparaissant au début ;

·         le texte ne doit pas dépasser 14.000 caractères espaces compris ;

·         les notes de bas de page doivent se limiter au strict minimum.

 Pour les billets, les consignes impératives sont les suivantes :

·       le texte ne doit pas dépasser 7.000 caractères espaces compris ;

·       les notes de bas de page doivent se limiter au strict minimum ou être        intégrées dans le corps du texte entre parenthèses.

 Pour le flash info, les consignes impératives sont les suivantes :

·         le texte ne doit pas dépasser 3.500 caractères espaces compris ;

·         Les notes de bas de page ne sont pas autorisées.

 

Comité de rédaction :

Alexandre VIALA, Professeur à la Faculté de droit de l'Université de Montpellier

Jordane ARLETTAZ, Professeur à la Faculté de droit de l'Université de Montpellier

Julien BONNET, Professeur à la Faculté de droit de l'Université de Montpellier

Pierre-Yves GAHDOUN, Professeur à la Faculté de droit de l'Université de Montpellier

Simon de CHARENTENAY, Maître de conférences à la Faculté de droit de l'Université de Montpellier

Guillaume MERLAND, Maître de conférences à la Faculté de droit de l'Université de Montpellier

Anne PONSEILLE, Maître de conférences à la Faculté de droit de l'Université de Montpellier

Eric SALES, Maître de conférences à la Faculté de droit de l'Université de Montpellier

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

« Le référendum parapluie », Eric SALES, Maître de conférences de droit public, HDR, Faculté de droit de l’Université de Montpellier, CERCOP

Alors que tombe une pluie de contestations contre la gestion de la COVID, contre la loi sur la sécurité globale, contre les atteintes aux libertés en période de crise, contre les menaces pesant sur le statut des enseignants-chercheurs, contre le sort réservés aux migrants, contre la méconnaissance du travail de la Convention citoyenne sur le climat…, le Président de la République a décidé de sortir le «  référendum parapluie  » pour inscrire dans la Constitution la protection de l’environnement ! Une consultation populaire pour faire démocratique, pour permettre au peuple de participer à la prise de décision politique et surtout pour donner au chef de l’Etat le soutien qu’il attend après avoir dépassé la moitié de son actuel mandat et pour mesurer ses chances de réussite aux futures présidentielles. Un «  référendum parapluie  » car il vise un objectif louable et très faiblement polémique en dissimulant grossièrement un but politique personnel. La procédure à suivre en la matière i

"La suspension des comptes de Donald Trump, un pas de plus vers la gouvernance des plateformes numériques ?", Jade MEYRIEU, Doctorante contractuelle à l’Université de Montpellier, CERCOP

Le 7 janvier dernier, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, annonçait la suspension des comptes Instagram et Facebook du Président Donald Trump suite à l’invasion du Capitole par ses sympathisants. Son compte Twitter sera lui aussi suspendu « indéfiniment » quelques jours plus tard.  L’objectif du PDG était d’éviter que les réseaux sociaux ne soient utilisés par le Président sortant «  pour saper la transition légale et pacifique du pouvoir à son successeur, Joe Biden » [1] . Ce blocage a soulevé de nombreuses réactions de désapprobation au sein de la classe politique, au niveau national comme international [2] . Pourtant, cette actualité ne fait que confirmer la place grandissante des GAFAM au sein de fonctions et missions essentielles des États. Cette intrusion numérique dans la transition électorale des Etats-Unis n’est-elle pas la conséquence logique d’une tendance croissante des États à délaisser voire à déléguer des fonctions régaliennes aux plateformes numériques ? La nécessaire

Le « collectif citoyen » : un vaccin contre la démocratie ?, Marine HAULBERT, Maître de conférences de droit public, Université Grenoble Alpes, Centre de Recherches Juridiques

Associer plus largement la population à la politique vaccinale : telle était la volonté affichée par Emmanuel Macron dans son discours du 24 novembre dernier. Vœu qui s’est finalement traduit par la création d’un «  collectif de citoyens  » dont les 35 membres – dont 5 suppléants – devaient être désignés ce lundi 4 janvier. L’idée n’est pas nouvelle. Elle ressemble même furieusement à la démarche adoptée pour la fameuse «  Convention citoyenne pour le climat  », dont chacun connaît le funeste destin. La démarche ? Dissoudre les oppositions dans un bain de démocratie participative. Voilà qui semble être la nouvelle formule magique brandie par le Président de la République pour faire s’évanouir toute velléité de contradiction en ces temps de «  gestion de crise  ». A défaut de vacciner la population contre la Covid-19, l’exécutif semble vouloir la prémunir contre le virus du doute. Il n’est pourtant pas certain que cette ambition soit satisfaite, au regard des modalités de sa mise